Anglais Allemand Français Néerlandais
         
Accueil A notre sujet Types de
Permis / Visa
Service d'Immigration Pourquoi choisir l'Afrique du Sud? Où s'installer? Plus d'aide
 
2. Colonisation
    « Retour  
 

a) Portugaise

    « Retour  

Les premiers Européens arrivèrent à Mossel Bay le 3 février 1488. C’était une embarcation européenne à la recherche de nouvelles routes vers l’Inde et l’Asie commandée par le Portugais Bartolomeu Dias. Ce sont eux qui baptisèrent le Cap «Cabo da Boa Esperança» (Cap de Bonne Espérance en portugais).

Un autre navigateur portugais explora la côte Est de l’Afrique du Sud le 25 décembre 1497 : Vasco de Gama. Il baptisa cette région Natal (Noël en portugais). Ils continuèrent leur exploration en remontant toute la côte Est jusqu’à l’actuel Mozambique. Ils restèrent dans cette région pour ses meilleurs points d’accostage et ses ressources naturelles (fruits de mer, or).

b) Hollandaise / Boer

    « Retour  

Les premiers Hollandais sont arrivés en Afrique du Sud après un naufrage en 1647. Les rescapés qui survécurent à ce naufrage s’installèrent au pied de la montagne du Cap (Table Mountain) et ils incitèrent les Néerlandais à créer à cet emplacement stratégique un point de ravitaillement pour les navires partant de l’Europe pour aller vers l’Inde. Cette «station de rafraîchissement» était destinée à fournir de l’eau, de la viande, des légumes et des fruits frais à l’équipage des navires européens.
Ce fut Jan Van Riebeeck, envoyé par la Compagnie des Indes Orientales, qui débarqua le 6 avril 1652 avec 80 hommes pour créer la station. Il fit construire le plus vieux monument actuel sud-africain: le château fort pentagonal de Bonne-Espérance.

Les Hollandais baptisèrent les quelques tribus Khoi et San du nom de Hottentot (bégayeur).
Ils y eu des relations commerciales entre les Hottentots et les Hollandais entre du bétail Hottentot et des objets manufacturés hollandais.

Les premiers temps furent difficiles pour les colons hollandais (19 d’entres entre eux ne passèrent pas l’hiver) mais également pour les Hottentots qui furent décimés par la variole apportée par les colons.

En 1657, les premiers hommes libérés de leurs obligations envers la compagnie furent autorisés à s’installer en tant que colons en Afrique du Sud. Ils commencèrent à importer des esclaves de Batavia et de Madagascar.
Des expéditions furent organisées pour aller découvrir l’intérieur des terres. Cette nouvelle région sera concédée aux colons néerlandais, appelé Boer (fermier, paysan) afin d’y développer des cultures.

c) Française

    « Retour  

En 1685, les 800 colons occupants l’Afrique du Sud sont rejoints par 200 huguenots (protestants français d'obédience calviniste pendant les guerres de religion) qui fuyaient la France à la suite de la révocation de l’édit de Nantes.
Les Hollandais leur concédèrent des terres fertiles et protégées du vent (Vallée d’Olifantshoek et de la rivière berg) pour y cultiver des vignes.

Neufs fermes historiques avec des cépages français furent créés:
  • La Bourgogne
  • La Dauphine
  • La Brie
  • Champagne
  • Cabrière
  • La terra de Luc
  • La Cotte
  • La Provence
  • La Motte

d) Un siècle de colonisation hollandaise

    « Retour  

Le territoire accède au statut officiel de colonie en 1691.

Pendant le XVIIe siècle, les colons doivent importer des esclaves de Guinée, de Madagascar, d’Angola et de Java (leurs descendants seront appelés les « Malais du Cap » et créeront le quartier musulman de Bo-Kaap au Cap).

Au début du XVIIIe siècle, des révoltes de colons éclatent contre le gouvernement et la corruption de leur gouverneur. L’arrêt de l’immigration européenne en Afrique du Sud est mis en place et la colonie est réorientée vers sa fonction initiale : «station de rafraîchissement».

La colonie impose également certaines restrictions afin de monopoliser les débouchés commerciaux de la colonie. Cette politique restrictive encourage les colons à fuir la colonie et traverser les frontières de la juridiction afin de s’établir dans les terres. Ces nomades portent le nom de Trekboers (paysans nomades).

Tout au long du XVIIIe siècle, les frontières de la colonie du Cap changent et les combats contre les Khoïkhoïs et les San augmentent.

Deux épidémies de varioles décimèrent un millier de colons et les peuples Khoïkhoïs en 1713 et en 1755.

Le XVIIIe siècle sera marqué par de nombreuses guerres de frontières entre colons et indigènes.

e) Britannique

    « Retour  

En 1797, le Royaume-Uni conquiert la région du Cap de Bonne Espérance pendant la guerre anglo-hollandaise. En effet, la puissance hollandaise est en déclin et les Britanniques veulent s’emparer de l’Afrique du Sud avant que les Français ne le fassent.

La colonie est officiellement annexée au Royaume-Uni en 1814.

Les Britanniques considèrent le Cap comme un point stratégique est non comme une colonie.

Tout au long du XVIIIe siècle, le fossé entre les Britanniques et les Boers ne cesse de s’agrandir, les guerres de frontières font partie du quotidien et le processus d’anglicisation est en marche (le néerlandais perd son statut de langue officielle au profit de l’anglais (1828) et le patois hollandais « Afrikaans » est dénigré).

En 1833, les Britanniques abolissent l’esclavage et les Hottentots (membres des tribus Khoi et San) se voient reconnaître l’égalité des droits avec les blancs. Cette émancipation des droits va creuser le fossé déjà présent entre les Boers et les Britanniques car les Boers considèrent l’abolition de l’esclavage comme un acte contre la volonté divine de la hiérarchie des races.

En 1835, plusieurs milliers de Boers décident de quitter la colonie du Cap pour créer une république boer indépendante (car ils n’étaient pas satisfaits de la compensation pécuniaire qu’ils recevaient pour l’émancipation de leurs esclaves). Cet exode porte le nom de «Grand Trek».


 
Test d’évaluation Contactez-nous Sitemap Sources Utiles © Intergate Immigration
Designed by Intergate Immigration Service